1/4 heure de lecture silencieuse

En été 2021, le président a déclaré la lecture grande cause nationale, pour l’année 2021-2022.

Dans ce cadre, le CNL a initié l’opération #10marsjelis et invité chaque français à arrêter toute activité le 10 mars à 10 h pour consacrer un quart d’heure à la lecture. Au collège Notre-Dame et au Lycée Ozanam, il a été demandé aux enseignants et aux éducateurs de participer à cette opération ce jour de 10 h 10 à 10 h 25. Puis une enquête a été réalisée sous la forme d’un sondage Forms anonyme et a été envoyée à l’ensemble des professeurs et éducateurs du collège et du lycée. Voici une présentation de ces résultats.

Seize personnes ont répondu à l’enquête. Parmi eux, sept travaillent uniquement au collège, six au lycée (hors BTS) et trois sur ces deux unités.

Parmi ces seize personnes, quatre n’ont pas participé à l’opération, soit parce qu’elle n’avait pas cours à ce moment (une réponse), soit parce qu’elles ont oublié (trois réponses).

Parmi les participants, huit ont donné 15 minutes de lecture à des collégiens (soit 204 élèves) et quatre à des lycéens (soit 82 élèves). Au total, 286 élèves ont profité de cette opération. Selon l’enquête et les encadrants qui y ont répondu, tous les élèves ont dans l’ensemble joué le jeu.

Huit collègues ont suivi l’événement avec plaisir et quatre par obligation. Parmi ces quatre derniers, deux étaient alors avec des collégiens et deux avec des lycéens (logique !).

La question « Dans l’ensemble, à la suite de ce quart de lecture, et par rapport au début d’un cours ”normal”, comment avez-vous trouvé vos élèves au moment de se mettre au travail ? (Plusieurs réponses possibles). » a eu pour réponse :

Un professeur du collège a trouvé ses élèves plus calmes, mais ne sait pas si cet état était dû à la lecture ou au fait le quart d’heure de lecture était suivi d’une évaluation. A noter également que quelques collègues ont coché plusieurs items. Enfin, parmi les réponses « Autre », on trouve : « bruyant comme d’hab », « égal à eux-mêmes » et « Ras ».

Une seule personne a tenté la lecture à haute voix, au lycée. Ses élèves ont apprécié.

Neuf des douze collègues ayant participé à l’opération sont prêts à renouveler l’opération.

A la fin du questionnaire, un item proposait de laisser librement des remarques. Les voici :

1. « Très bon moment. Certains élèves sont mal à l’aise avec le silence, mais dans l’ensemble tout le monde a joué le jeu. »

2. « De nombreux élèves n’avaient pas l’air au courant … »

3. « Les élèves souhaiteraient que cette pause lecture se fasse plus systématiquement, comme dans certains écoles et collèges »1

4. « Certains collèges pratiquent le quart d’heure de lecture tous les jours (Belleville) cela pourrait être intéressant d’avoir un retour de leur pratique. Pourrait-on instaurer un temps lecture chaque vendredi début d’après-midi en commençant les cours à 13h30 au lieu de 45, ou un vendredi par mois ? Ou le vendredi avant les vacances quand ils sont excités ? »

5. « Proposition d’une lecture de BD numérique avec prolongement pédagogique envisagée dans quelques semaines. Donc pour moi, ici bénéfice mais sinon, je ne pense pas que l’opération soit utile EN cours dans toutes les matières. J’estime qu’il serait plus bénéfique et convivial de proposer ces quarts d’heures de lecture sur le temps méridien. Et pourquoi pas tous les premiers jeudis du mois, à la sonnerie de midi. Dans la cour, dans les salles, dans les couloirs, … Là au moins, on pourrait mesurer les bienfaits apaisants (ou pas) de la lecture. Bien à vous. »

Notons aussi qu’un enseignant a signalé n’avoir pu faire le quart d’heure de lecture durant son cours, à cause de contraintes techniques, l’a reporté l’après-midi pendant son heure de vie de classe. Par ailleurs, un papa a tenu à signaler que l’opération n’avait pas été menée dans la classe de sa fille.

Enfin, rappelons que le Ministère de l’Éducation nationale avait demandé qu’à la rentrée 2019 soit généralisé dans les collèges français un quart de lecture. Vous trouverez sur Internet de nombreux exemples, avec des fréquences, des horaires, des fonctionnements variables (il faut s’adapter à différentes contraintes comme les horaires de bus ou de passage à la cantine, ne pas pénaliser toujours les mêmes cours, …), ainsi que des témoignages mettant en avant les points positifs (mais pas vraiment de négatif) de ce dispositif.

Merci aux collègues qui ont adhéré à la demande de participation à l’opération #10marsjelis, et à ceux qui ont pris de leur temps pour compléter l’enquête.

Retour haut de page